Besançon : A quelques gouttes du drame

Longtemps redouté et finalement survenu jeudi 31 octobre peu avant 13h, le premier "vrai" accident en rapport avec le chantier du tram bisontin (ruptures de canalisations exclues) faisait deux blessés parmi les ouvriers s'affairant à terminer les dernières soudures de rails, près de l'église Sainte Madeleine le long du quai Veil-Picard.

Brûlés par une projection d'acier en fusion, les deux hommes de 32 et 43 ans respectivement originaires du Finistère et de Loire-Atlantique avaient dû être transportés à l'hôpital. Le premier pour avoir été touché au cuir chevelu, le second pour avoir été plus grièvement blessé aux mains et au visage. Des brûlures qui avaient alors laissé craindre le pire pour sa vue. Fort heureusement, les nouvelles se sont depuis voulu rassurantes.

Alors que son collègue avait pu quitter l'hôpital dans la soirée, le quadragénaire, dont les yeux ont en définitive été épargnés, devrait en être quitte pour un mois d'arrêt de travail.

Un moindre mal au vu de l'impressionnante gerbe incandescente qui avait jailli ce jour-là à plusieurs mètres de haut et de distance, en atteignant le deuxième étage d'un immeuble (où un tapis posé sur le balcon aura pris feu), et en mouchetant la devanture de deux commerces, sans faire d'autres victimes.

Probable résultat d'une réaction chimique, l'incident trouverait son explication dans une fuite. Celle du moule censé accueillir l'acier liquide, qui aura alors coulé sur le sable humide du chantier et ainsi provoqué une explosion. Une défaillance technique que le comité inter-entreprises devra confirmer cet après-midi même.

C.R
Publié le lundi 4 novembre 2013 à 15h04

Confirmez-vous la suppression ?