Mirage 2000 disparu en Creuse : l'épave localisée

L'épave du Mirage 2000 de la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) disparu depuis mardi soir des radars au-dessus de la Creuse avec à son bord un pilote et un navigateur, a été retrouvée mercredi matin à l'est du département, a indiqué la préfecture.

"L'épave de ce Mirage 2000 a été localisée (mercredi matin) sur la commune de Saint-Oradoux-près-Crocq au lieu-dit Le Mouneix", a précisé dans un communiqué la préfecture de la Creuse, indiquant avoir "déclenché le plan Sater (NDLR: Sauvetage aéro-terrestre) et coordonné, durant la nuit, les opérations de recherches".
"Les pilotes n'ont pas donné signe de vie depuis hier soir" et "aucun écho de balise" n'a été capté "pour l'instant", a indiqué à l'AFP le préfet Claude Serra.
L'appareil est tombé près d'un étang et, "en heurtant le sol, a fait un énorme cratère qui s'est rempli d'eau", compliquant les recherches près de l'appareil, a-t-il ajouté.
"Un périmètre de sécurité a été instauré sur les lieux de l'accident. La départementale 9 reliant les communes de Crocq et La Villetelle a été fermée pour faciliter les recherches. Une déviation a été mise en place", selon le communiqué de la préfecture.

"Les recherches sont en cours", avait expliqué dans la matinée à l'AFP le commandant Eric Trihoreau, chef du département médias du Sirpa (service d'informations et de relations publiques des armées) Air, évoquant des conditions météorologiques "très défavorables" et un "très fort brouillard".
"Un hélicoptère de l'armée de l'air chargé des recherches a dû se poser", avait-il ajouté. "Nous n'avons pas de nouvelles du pilote ni du navigateur qui sont activement recherchés", avait-il indiqué.

Selon un communiqué du SIRPA Air, l'avion effectuait "une mission d'entraînement au vol de nuit très basse altitude".
"L'alerte donnée, des recherches ont immédiatement été lancées par l'armée de l'air (hélicoptères Puma de la base aérienne de Cazaux et Fennec de la base aérienne de Villacoublay), par la gendarmerie et les pompiers de la Creuse, renforcés par des éléments de l'armée de terre", selon le communiqué.
Selon France Bleu Creuse, 45 gendarmes, 25 pompiers ainsi que des militaires du camp de La Courtine ont participé aux recherches interrompues entre 5h30 et 7h00.

L. L.
Publié le mercredi 2 mars 2011 à 17h13

Confirmez-vous la suppression ?